Cybercriminalité : 22 policiers attachés à la Cybercrime Unit

Le nombre de cas renvoyés à la Cybercrime Unit pour enquête pour la période de janvier 2015 au 10 juin 2021 est de 1 888. Ce nombre comprend 153 cas pour la période allant de janvier 2021 au 10 juin 2021.

Cette information a été donnée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, hier, à l’Assemblée nationale, en réponse à une Parliamentary Question concernant le nombre de cas renvoyés à la Cybercrime Unit et le nombre de policiers qui y sont attachés.

Le Premier ministre a souligné que la Cybercrime Unit est composée de 22 policiers, dont un surintendant adjoint de police, deux inspecteurs de police, deux sergents de police, 15 policiers et deux policières. « L’Unité est sous la supervision d’un sous-commissaire de police et la Police IT Unit leur fournit un soutien technique dans le cadre de leurs enquêtes.», a souligné Pravind Jugnauth.

De plus, le Premier ministre a déposé le nombre de cas pour les périodes demandées, avec des détails indiquant le nombre de personnes arrêtées, poursuivies et condamnées.

Pravind Jugnauth a informé que les affaires sont renvoyées à la Cybercrime Unit de la Central Criminal Investigation Division par l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA), le Mauritian Cybercrime Online Reporting System (MAUCORS) / Computer Emergency Response Team of Mauritius (CERT-MU) et des particuliers qui déposent des plaintes dans les postes de police de l’île. « La Cybercrime Unit effectue également des cyberpatrouilles au moyen de recherches aléatoires sur les plateformes de médias sociaux pour détecter les messages offensants et indésirables.», a souligné le Premier ministre.

« Le MAUCORS a été mis en place en mars 2018 et est un système centralisé de signalement d’incidents cybernétiques qui relie le CERT-MU, la Cybercrime Unit, le Bureau de la protection des données et l’ICTA.», a souligné le Premier ministre. « Les types d’incidents signalés comprennent le harcèlement en ligne, la fraude et les escroqueries en ligne, le vol d’identité, la cyberintimidation et la sextortion », a ajouté Pravind Jugnauth.

La Rédaction Maurice Actu

Please follow and like us: