Association Dis-Moi : « L’État doit rendre des comptes aux citoyens mauriciens »

Aucun pays au monde ne voudrait faire face à une marée noire telle que nous le vivons actuellement, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une petite île aux moyens techniques avec des ressources limités.

À ce moment dramatique de l’histoire de notre pays il ne faudrait pas tout mettre sur le dos du gouvernement car contenir une crise environnementale de cette ampleur est une affaire des plus complexes.

Cependant, le minimum auquel nous citoyens devons nous attendre face à un accident de cette gravité est que les hommes et les femmes à la tête du pays agissent avec célérité et réactivité. L’ont-ils-fait ?

Le 14 juillet, le Wakashio s’écrase sur les récifs au large de Pointe D’Esny. Cet accident soulève 2 questions:

  • Comment le navire Wakashio a-t-il fait naufrage sur les récifs au large de la côte sud-est de Maurice?
  • Que devaient faire les autorités après ce dramatique accident, compte tenu du cargo pétrolier du Wakashio?

La première problématique est secondaire pour le moment et Dis-Moi juge prématuré de faire des commentaires sur cette question. Ce qui préoccupe Dis-Moi est la manière dont les autorités ont agi et réagi face à cet événement imprévu et surtout ce qu’elles ont fait pour protéger et limiter les dommages qu’un tel naufrage peut causer à notre écosystème marin et aux résidents de la côte sud-est. Car l’heure est grave et nous risquons de perdre l’un des plus beaux lagons du pays. Non loin de là se trouve l’île aux aigrettes, un modèle de restauration de la biodiversité, le site de Ramsar Pointe d’Esny avec ses riches plantations de mangroves et un peu plus loin le parc marin de Blue Bay. La bombe écologique était là et il était urgent de la désamorcer.

L’État doit rendre des comptes aux citoyens mauriciens et répondre à ces questions urgemment.

  • Le gouvernement a-t-il procédé à une évaluation sérieuse des risques écologiques dès que le naufrage s’est produit et si ce n’est pas le cas pourquoi un tel exercice élémentaire n’a-t-il pas été effectué?
  • La stabilisation du navire semble avoir été la préoccupation majeure des autorités, puisque c’est en se faisant qu’elle a fini par provoquer la catastrophe écologique. Peut-on dire que l’État a pris les bonnes décisions?
  • L’État français possède tous les moyens techniques modernes pour faire face à une telle situation. Pourquoi a-t-on attendu plusieurs jours pour faire appel à l’expertise française dans la région ou à celle d’un autre pays plus technologiquement avancé?
  • Pourquoi n’a-t-on pas pris les mesures de précaution préliminaires et pomper le pétrole du navire naufragé, ce que semblaient s’accorder tous les experts écologiques de ce pays.
  • Maintenant que le mal est fait, quelles sont les mesures de restauration que le gouvernement prévoit de prendre pour restaurer les écosystèmes marins et terrestres?

On ne prévoit pas un accident mais parfois on le voit venir de loin. Les autorités doivent nous expliquer comment ils ont fait pour sous-évaluer les risques de marée noire suite au naufrage du Wakashio et gérer de manière catastrophique les conséquences ?

La Rédaction Maurice Actu

Please follow and like us: