Incendies en Australie: les fumées toxiques polluent jusqu’en Nouvelle-Zélande

En Australie, la fumée des incendies qui font rage recouvre certaines villes, faisant exploser les taux de pollutions. Ce week-end, Canberra, la capitale, a été placée en tête des villes les plus polluées en raison des feux qui l’entourent. Sydney suffoque et le ciel de Nouvelle-Zélande est devenu orange.

En Australie, la fumée des incendies qui font rage recouvre certaines villes, faisant exploser les taux de pollutions. Ce week-end, Canberra, la capitale, a été placée en tête des villes les plus polluées en raison des feux qui l’entourent. Sydney suffoque et le ciel de Nouvelle-Zélande est devenu orange. Dans un parc de Sydney, des sportifs font leur footing comme d’habitude. La qualité de l’air s’est un peu améliorée ces derniers jours, mais la situation reste très volatile avec les incendies.

Le nuage toxique qui a recouvert la ville ces dernières semaines peut revenir d’un instant à l’autre. « Ces dernières semaines, l’air était vraiment toxique. J’ai des problèmes respiratoires, j’ai dû porter un masque. Ça affecte vraiment les gens. C’est vrai que la pollution est forte en général ici, mais avec les incendies ça a été terrible ces derniers temps », témoigne Sue au micro de notre envoyée spéciale, Murielle Paradon.

Les enfants sont particulièrement affectés. Que ce soit durant l’école ou comme en ce moment, pendant les vacances, ils subissent les conséquences de la mauvaise qualité de l’air. « En tant qu’institutrice, j’ai bien vu que ça affectait les enfants à l’école. On n’a pas pu les sortir, témoigne Sharon. A la fin de l’année, les récréations ont été annulées à cause de la mauvaise qualité de l’air. Mes propres enfants ne peuvent plus jouer au baseball comme d’habitude, les matchs sont annulés depuis 6 ou 8 semaines, toujours à cause de la qualité de l’air ».

La situation est préoccupante dans les grandes villes australiennes. Les taux de particules fines ont explosé, pouvant présenter un danger réel pour la population.

La Nouvelle-Zélande voisine subit elle aussi les conséquences de ces incendies. Ceux-ci ont coloré le ciel des deux îles en ocre et dans certaines régions, comme dans la ville de Christchurch, les habitants pouvaient sentir une odeur de brûlé, rapporte notre correspondant à Wellington, Richard Tindiller.

Mais c’est dans l’île du Sud que les effets sont le plus surprenants. Sur le fameux glacier de Franz Josef, qui attire plusieurs milliers de touristes par an, les randonneurs ont été surpris de constater que les poussières des feux de brousse géants avaient transformé les neiges, habituellement d’un blanc immaculé, en couleur caramel.

Les incendies ravageurs d’Australie pourraient donc avoir un effet néfaste sur le tourisme en Nouvelle-Zélande, un secteur majeur pour l’économie du pays. D’autant plus que l’été ne fait que commencer en Océanie.

Source: rfi.fr.

Please follow and like us: