Maurice souhaite commercialiser certains produits en Russie

Le sommet Russie-Afrique, qui se déroulera du 22 au 24 octobre à Sotchi, se tiendra notamment en présence de représentants de l’île Maurice qui souhaitent «attirer les investissements russes en Afrique» et «commercialiser certains produits en Russie».

Roy Bissoondoyal, ambassadeur de Maurice en Russie, a constaté que son pays avait beaucoup prospéré. « Depuis 1968, île Maurice est indépendant et on a vu que le PIB par habitant est passé de moins de 200 dollars à plus de 10 000 dollars. L’économie s’est diversifiée mais en même temps les cultures ont été préservées. C’est très intéressant.» Il a insisté sur le fait qu’il fallait «venir pour voir».

Quant à Jacques d’Unienville, Chief Executive Officer (CEO) d’Omnicane, il a fait remarquer que l’île Maurice bénéficiait d’une stabilité politique enviable et avait un solide «secteur de l’économie au niveau des services financiers». Il a dit vouloir «attirer les investissements russes en Afrique et aussi, pourquoi pas, avoir des perspectives pour les entreprises africaines sur le marché russe. En tant qu’entreprises mauriciennes, pour nous, ça nous intéresse beaucoup de commercialiser certains de nos produits en Russie», a-t-il fait remarquer.

Jacques d’Unienville a dit espérer que le sommet aiderait à renforcer les contacts entre la Russie et l’Afrique dans son ensemble, d’une part, et entre la Russie et Maurice, d’autre part.

« Pour que ça fonctionne il faut effectivement attirer un maximum d’investisseurs étrangers et l’idée c’est d’avoir une base à Maurice pour aller dans ces marchés, ce qui représente beaucoup d’avantages pour les investisseurs. C’est ça que le board of investment va venir vendre. Il va venir vendre l’attrait de l’île Maurice et aussi inviter les hommes d’affaires à se rendre à Maurice et à y investir dans les compagnies pour le marché mauricien, mais aussi pour le marché africain », a-t-il noté.

Selon la Chambre de commerce et d’industrie France-Maurice (CCIFM), l’économie mauricienne est aujourd’hui très compétitive. Ainsi, dans son classement annuel Doing Business 2018, la Banque mondiale a positionné le pays au premier rang au niveau africain et à la 25e place mondiale sur 189 pays recensés.

L’économie mauricienne, basée sur le tourisme, les services financiers et les exportations de sucre et de textiles, se développe avec succès même si, selon la Mauritius Commercial Bank (MCB), la croissance économique de l’île devrait être légèrement revue à la baisse pour 2019 pour passer de 3,9 % à 3,8 %.

La Rédaction Maurice Actu

Please follow and like us: