Rogers installe un « Poisson Poubelle » sur le Port Louis Waterfront

La mer. Tant appréciée et pourtant si peu respectée ! L’on oublie souvent que la surface marine est le véritable poumon de la Terre, fournissant près de trois quarts de l’oxygène que nous respirons, qu’elle régule le climat et qu’elle sert d’habitat à quelque 250 000 espèces marines. Or, noyés sous le plastique, les océans ont besoin de notre attention ! Il est donc de notre responsabilité de concentrer de toute urgence nos efforts sur leur sauvegarde, d’autant plus que notre santé en est tributaire. La Rogers Foundation tire la sonnette d’alarme en cette Journée mondiale de l’Océan et a installé, samedi 8 juin 2019, un « Poisson Poubelle » sur le Port Louis Waterfront.

Forte en symbolisme, cette image nous renvoie aux poissons que nous gavons de plastique lorsque nous déversons nos déchets dans l’océan au lieu d’utiliser des poubelles. Ce « Poisson Poubelle » fait partie de tout un ensemble d’initiatives mises en place par chaque filiale du groupe pour sensibiliser la population aux conséquences dramatiques du plastique sur la faune et la flore marines et pour encourager nos citoyens à changer de comportement vis-à-vis de l’environnement.

Pourquoi une poubelle en forme de poisson ? « Nous souhaitons que cela serve de rappel que, lorsque nous jetons nos déchets plastiques dans la nature, sur les plages ou dans les rivières, ils finissent à la mer, où ils se désagrègent en fines particules. Celles-ci sont mangées par les poissons, eux-mêmes destinés à notre alimentation », explique Audrey d’Hotman, CSR & Sustainability Manager du groupe Rogers. « Est-ce en finalité ce que nous souhaitons pour nos enfants ? »

C’est aussi l’argument qui est repris dans la campagne de communication de Rogers, lancée dans la presse et sur les réseaux sociaux et s’appuyant sur le slogan « Zet dan lamer, tom dan lasiet ». Chaque année, précise Audrey d’Hotman, quelque 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent à la mer. Ainsi, ce qui était jadis considéré comme un matériau miracle pour sa durabilité et sa longévité est aujourd’hui utilisé pour fabriquer des objets à usage unique, qui se sont transformés en fléau à l’échelle planétaire.

Le « Poisson Poubelle » a pu être installé sur le Port-Louis Waterfront avec le concours de Landscope Mauritius, gérant des lieux. La structure métallique de la Rogers Foundation a été réalisée par la compagnie Mauribio Ltd sur le modèle des « Fish Trash Bins » qui sont apparus ces derniers mois sur des plages en Inde, en France, au Vietnam et Philippines. La structure locale sera au Port-Louis Waterfront durant deux semaines avant d’être déplacée dans l’optique de diffuser le message à travers l’île et au-delà du 8 juin.

C’est dans une même perspective de sensibilisation sur le long terme que les filiales de Rogers ont conçu leurs campagnes respectives pour la Journée mondiale de l’Océan et la Journée mondiale de l’Environnement, célébrée, elle, le 5 juin. A titre d’exemple, Ascencia, qui gère six centres commerciaux à travers l’île, organisera plusieurs ateliers DIY destinés à mettre l’accent sur les 3 R (réduire, réutiliser et recycler), triptyque crucial pour la gestion des déchets. Croisières Australes et les hôtels Heritage Le Telfair, Heritage Awali et Veranda Tamarin mettent, eux, l’accent sur la collecte d’ordures sur les plages, doublée d’une sensibilisation visant à la fois les employés et la clientèle. Les activités de « clean-up » ailleurs que sur des plages sont aussi à l’agenda de Velogic et d’Heritage Nature Reserve.

Island Living qui, pour sa part, gère les activités de loisirs et de restauration, compte donner une suite à sa campagne « The Last straw » menée l’an dernier chez Ocean Basket, grâce au recours à des pailles à base d’amidon végétal.

La Rédaction Maurice Actu

Please follow and like us: