Sunil Bholah : « Notre objectif est de permettre à nos PME de contribuer à hauteur de 18 % aux exportations d’ici 2026 »

Le ministre des Entreprises et des Coopératives, Sunil Bholah a assisté à la signature d’un  protocole d’accord SME Mauritius/Business Mauritius/ AMM au SME Mauritius Conference Room le 12 octobre dernier.

Le discours du ministre: «Je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui à l’occasion de la signature d’un protocole d’accord entre SME Mauritius, Business Mauritius et l’Association des Manufacturiers Mauriciens (AMM). Cet accord s’inscrit dans le cadre du projet TradeCom II, mis en oeuvre par les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et de l’Union Européenne. Il vise à renforcer les capacités des pays ACP pour faciliter une intégration régionale plus étroite et une participation accrue dans l’économie mondiale. Ce programme permet aussi de formuler des politiques commerciales adaptées, et d’assurer une participation active aux négociations internationales et d’en tirer profit des accords commerciaux qui en résultent.

A Maurice, l’axe d’intervention pour le TradeCom II s’articule autour d’une amélioration de la compétitivité de nos entreprises leur permettant d’être mieux armées pour se lancer dans les exportations et ainsi atteindre une croissance inclusive dans le contexte de la mise en oeuvre de l’accord « interim-Economic Partnership Agreement ». Cette belle aventure a débuté en août 2017 et la première phase a été conclue grâce au soutien des consultants britanniques de Landell Mills qui ont animé plusieurs ateliers de travail et dispensé plusieurs formations à l’intention des PME pendant 10 mois. Sur ce chapitre, je dois aussi souligner la contribution du Ministère des Affaires Etrangères pour que le projet ait pu être mené à bon port.

La deuxième phase de ce projet prendra désormais une nouvelle dimension avec la signature d’un protocole d’accord aujourd’hui. SME Mauritius, Business Mauritius et AMM constitueront ainsi le trio qui va assurer la mise en oeuvre des projets identifiés dans le cadre du programme TradeCom, améliorer la transmission d’informations sur les plans d’aides destinés aux PME et venir de l’avant avec des propositions pour d’autres mécanismes de soutien, entre autres. Cet accord prévoit donc l’institution d’un comité intitulé : SME for Growth Joint Working Group regroupant ces 3 organismes. Le but est de consolider notre écosystème entrepreneurial en instaurant un niveau élevé de professionnalisme, d’encourager l’innovation et d’améliorer la marge concurrentielle de nos PME.

Mesdames et Messieurs,
Malgré le fait que 90 % des firmes dans le monde sont des PME et qu’elles constituent entre 60 et 70 % d’emplois, leur contribution aux exportations demeure faible. Selon le Centre du Commerce International, dans les pays en développement, les PME contribuent à hauteur de 7,6 % aux exportations nationales. Il y a plusieurs facteurs qui freinent l’accès des PME aux marchés internationaux. Parmi, on note un manque d’informations sur les marchés à fort potentiel ; une méconnaissance des réglementations et des cadres juridiques ; des lacunes concurrentielles que ce soit en termes de compétitivité ou de productivité ; ou encore l’absence de plans d’aides qui peuvent améliorer la qualité du produit destiné à l’exportation selon les normes internationales.

Notre objectif est de permettre à nos PME de contribuer à hauteur de 18 % aux exportations d’ici 2026. Le plan directeur des PME étalé sur 10 ans lancé par mon Ministère l’année dernière, préconise une série de mesures pour atteindre ce but. SME Mauritius a déjà initié plusieurs plans d’aides visant à rehausser les processus, la qualité du produit et des services, en adoptant des technologies de pointe et en favorisant une approche innovatrice afin de permettre aux entrepreneurs d’accéder aux nouveaux marchés.

Parallèlement on table aussi sur l’exploitation des accords bilatéraux pour accompagner les entreprises dans le processus de faire une percée régionale ou internationale. Hormis, « l’interim Economic Partnership Agreement (i-EPA) » de l’Union Européenne, je fais notamment référence à l’AGOA, le Mauritius-China Free Trade Agreement», le « Comprehensive Economic Cooperation Partnership Agreement (CECPA) » avec l’Inde et le « Continental Free Trade Agreement » pour le continent Africain, entre autres. Le Gouvernement a aussi lancé le National Export Strategy 2017- 2021 qui préconise des mesures spécifiques pour que les PME puissent faire face aux défis de l’internationalisation.

La signature de ce protocole d’accord vient s’ajouter à cette liste d’initiatives entreprises pour redynamiser les exportations des PME. A travers cette avenue de coopération qui se dessine, je me réjouis des actions conjointes du gouvernement et du secteur privé dans la réalisation du progrès économique du pays et le positionnement du Maurice sur l’échiquier mondial. J’estime qu’à travers les différentes sessions de travail qu’auront SME Mauritius, Business Mauritius et AMM dans le cadre de cet accord, vous allez offrir à notre pays de belles opportunités de réussite. Je vous souhaite une fructueuse collaboration.

Laissez-moi réaffirmer la volonté du gouvernement et ma détermination personnelle de créer les conditions propices pour l’instauration d’un climat d’affaires qui est inclusif et qui répond à nos aspirations de passer à un pays à revenus élevés. Nous poursuivons notre engagement conformément à notre vision de faire des PME l’épine dorsale de notre économie.


Je vais conclure en rappelant un conseil de Xavier Niel, célèbre entrepreneur qui figure parmi les 50 français les plus influents au monde.

Il disait, je cite, « De chez vous, vous pouvez créer une entreprise mondiale : ne raisonnez pas local, pensez global », Fin de citation.

Je vous remercie de votre attention.»

La Rédaction Maurice Actu